Conseils aux parents d’une famille nombreuse

— Vous devriez vous poser la question: “Est-ce que j’élève mes enfants pour qu’ils accroissent l’influence de la puissance des ténèbres et renforcent les rangs de son armée ou est-ce que je les forme pour le Christ?” – {FC 155.4}

Si vous ne parvenez pas à les diriger et à modeler leur caractère de telle manière qu’ils répondent aux exigences de Dieu, alors, moins vous aurez d’enfants pour souffrir des lacunes de l’éducation que vous leur aurez donnée, mieux cela vaudra, à la fois pour eux, pour vous [ses] parents, et pour la société. A moins qu’ils ne puissent être éduqués et disciplinés dès leur enfance par une mère judicieuse et sage, intelligente et consciencieuse, qui les dirige dans la crainte du Seigneur, qui façonne leur caractère et le rende conforme au modèle de justice, c’est un péché d’en accroître le nombre. Dieu vous a gratifiés d’une raison, et il exige que vous vous en serviez. [(6)] – {FC 155.5}
Parents, puisque vous savez que votre manque de connaissance ne vous permet pas d’élever correctement vos enfants pour le service du Maître, pourquoi ne tirez-vous pas la leçon qui en découle? Pourquoi continuez-vous à mettre des enfants au monde pour grossir les rangs de l’armée de Satan? Dieu prend-il plaisir à un tel spectacle? Lorsque vous vous rendez compte qu’une nombreuse famille va considérablement entamer vos revenus, qu’elle va imposer de lourds fardeaux à la mère, et qu’entre toutes ces naissances, celle-ci ne disposera pas de temps pour s’adonner normalement à toutes les activités qui lui incombent, pourquoi ne songez-vous pas à ces résultats inéluctables? Chaque enfant qui naît affaiblit la vitalité de la maman, et si les parents n’usent pas de leur raison en ce domaine, quel espoir ont-ils — eux et leurs enfants — d’apprendre à se discipliner? Le Seigneur leur demande d’examiner ce problème à la lumière des réalités futures et éternelles. [(7)] – {FC 156.1}

Considérations d’ordre économique — Les parents doivent étudier sérieusement le problème de l’avenir de leurs enfants. Ils n’ont pas le droit de mettre au monde des enfants qui deviendront un fardeau pour autrui. Ont-ils une situation leur permettant d’entretenir une famille qui, de ce fait, ne sera jamais en charge à quelqu’un d’autre? Si ce n’est pas le cas, ils commettent un crime en mettant au monde des enfants qui ne recevront ni les soins, ni la nourriture, ni le vêtement dont ils ont besoin. [(8)] – {FC 156.2}

Ce sont les gens les moins compétents en affaires, et les moins qualifiés pour s’en sortir dans la vie qui, généralement, remplissent leurs maisons de nombreux enfants, tandis que les personnes qui montrent des dispositions pour accroître leurs revenus n’ont généralement pas plus d’enfants qu’ils ne peuvent en élever. Ceux qui n’arrivent pas à assurer leur propre subsistance ne devraient pas avoir d’enfants. [(9)] – {FC 156.3}

Enseignement et étude de la Bible

Si tu prêtes une oreille attentive à la sagesse, […] si tu la recherches avec soin comme des trésors… Proverbes 2:2, 4.

Enfant, adolescent, homme, Jésus étudia les Ecritures. Lorsqu’il était petit, sa mère, le prenant sur ses genoux, l’enseignait chaque jour à l’aide des rouleaux des prophètes. Plus tard, l’aube et le crépuscule le trouvèrent bien souvent seul sur la montagne ou dans la forêt, pour une heure paisible de prière et d’étude de la Parole de Dieu. Pendant son ministère, sa maîtrise des Ecritures attesta le soin qu’il avait mis à leur étude. Il s’instruisait comme nous pouvons nous instruire, et sa puissance mentale et spirituelle témoigne de la valeur de la Bible en tant que moyen d’éducation. – {Éd 211.1}

Notre Père céleste, en nous donnant sa Parole, n’a pas oublié les enfants. Dans tout ce que les hommes ont écrit, où pourrait-on trouver des histoires qui aient autant d’emprise sur le cœur, qui soient aussi propres à intéresser les petits, que dans la Bible? – {Éd 211.2}

A travers ces histoires toutes simples, les grands principes de la loi de Dieu sont accessibles aux enfants. Ainsi, par des exemples tout à fait à la portée de l’intelligence enfantine, les parents et les maîtres peuvent suivre très tôt le commandement divin: “[…] ces paroles […] tu les inculqueras à tes fils et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.” Deutéronome 6:7. – {Éd 211.3}

L’usage des leçons de choses, des tableaux noirs, de cartes géographiques, d’images sera d’une grande aide pour expliquer les principes divins et les fixer dans la mémoire. Parents et maîtres devraient s’efforcer de perfectionner constamment leurs méthodes. L’enseignement de la Bible requiert une pensée dispose, les instruments les meilleurs, les efforts les plus vigoureux. – {Éd 212.1}

La façon dont naîtra et se développera en nos enfants l’amour de l’étude de la Bible dépendra largement des moments d’adoration passés en famille. Les instants de culte du matin et du soir devraient compter parmi les plus doux, les plus salutaires de la journée. Comprenons qu’alors, aucune pensée inquiète, malveillante ne doit se glisser, que parents et enfants se réunissent pour rencontrer Jésus, pour inviter chez eux les saints anges. Que ces moments d’adoration soient courts et vivants, adaptés aux circonstances, variés. Que tous s’associent pour lire la Bible, apprendre et répéter la loi de Dieu. L’intérêt des enfants croîtra s’ils peuvent de temps à autre choisir le texte à lire. Posez-leur des questions sur ce texte, et laissez-les en poser. Utilisez tout ce qui peut aider à en comprendre le sens. Si le culte n’est pas trop long, que les petits prennent part à la prière et chantent, ne serait-ce qu’une strophe. – {Éd 212.2}

Pour rendre un culte digne de ce nom, il faut prendre le temps d’y penser, de le préparer. Les parents devraient chaque jour consacrer un moment à l’étude de la Bible en compagnie de leurs enfants. Sans doute cela demande des efforts, une organisation, des sacrifices; mais cela en vaut la peine. – {Éd 212.3}

Dieu demande aux parents de se préparer à enseigner ses préceptes en les enfouissant tout d’abord au fond de leur propre cœur: “Ces paroles que je te donne aujourd’hui seront dans ton cœur. Tu les inculqueras à tes fils.” Deutéronome 6:6, 7. Nous pourrons intéresser nos enfants à la Bible, si nous nous y intéressons nous-mêmes; nous pourrons leur en faire aimer l’étude si nous l’aimons nous-mêmes. L’efficacité de notre enseignement dépendra de l’exemple que nous leur donnerons et de nos propres dispositions. – {Éd 213.1}

Dieu appela Abraham à enseigner sa Parole, il le choisit pour être le père d’une grande nation parce qu’il voyait qu’Abraham élèverait ses enfants et sa maison dans le respect de la loi divine. Ce qui donna toute sa force à l’enseignement d’Abraham fut l’exemple de sa propre vie. Sa maison comprenait plus de mille personnes, beaucoup d’entre elles étaient des chefs de famille, et la plupart n’avait abandonné le paganisme que récemment. Une telle maisonnée demandait une direction ferme; une conduite faible, hésitante ne pouvait convenir. D’Abraham, Dieu dit: “Je l’ai choisi afin qu’il ordonne à ses fils et à sa famille après lui.” Genèse 18:19. Pourtant il exerçait son autorité avec tant de sagesse et de douceur qu’il gagnait tous les cœurs. Voici le témoignage du Vigilant divin. Ils garderont “la voie de l’Eternel, en pratiquant la justice et le droit” Genèse 18:19. Et l’influence d’Abraham dépassa largement le cadre de sa maison. Partout où il dressait sa tente, il bâtissait un autel. Quand la tente était démontée, l’autel restait; et plus d’un Cananéen nomade, ayant appris à connaître Dieu à travers son serviteur Abraham, s’attarda auprès d’un de ces autels pour offrir un sacrifice à Jéhovah. – {Éd 213.2}

L’enseignement de la Parole de Dieu n’aura pas moins d’impact aujourd’hui s’il est aussi fidèlement reflété par la vie du maître. – {Éd 214.1}

Il ne suffit pas de savoir ce que les autres ont pensé ou ont étudié de la Bible. Chacun devra, au jour du jugement, rendre compte de lui-même à Dieu et chacun devrait étudier pour lui-même la vérité. Pour qu’une étude soit efficace, il faut que l’intérêt de l’élève soit éveillé. Ceci ne doit jamais être oublié, en particulier par ceux qui s’occupent d’enfants ou de jeunes dont le caractère, l’éducation, les modes de pensée sont différents les uns des autres. Lorsque nous enseignons la Bible aux enfants, nous pouvons progresser en observant la tournure de leurs esprits, les sujets qui les intéressent et en les encourageant à chercher ce que la Bible en dit. Celui qui nous créa si divers parle dans sa Parole à chacun de nous. Et lorsque les enfants constateront que les enseignements bibliques intéressent leur propre vie, amenez-les à prendre le saint Livre pour conseiller. – {Éd 214.2}

Aidez-les aussi à en apprécier la beauté merveilleuse. La lecture de nombre de livres sans valeur réelle, excitants et malsains est recommandée, ou tout du moins autorisée, sous prétexte que ces ouvrages ont une valeur littéraire. Pourquoi dirigerions-nous nos enfants vers des eaux polluées alors qu’ils ont librement accès à la source pure de la Parole de Dieu? La Bible a une plénitude, une puissance, une profondeur inépuisables. Encourageons les enfants et les jeunes à découvrir les joyaux de sa pensée et de son style. – {Éd 214.3}

Au fur et à mesure que ces merveilles attireront leurs esprits, une puissance de paix touchera leur cœur. Ils s’approcheront de celui qui s’est ainsi révélé à eux et il y en aura bien peu qui ne désireront pas connaître davantage ses œuvres et ses voies. – {Éd 214.4}

Celui qui étudie la Bible doit l’approcher avec un esprit toujours disposé à apprendre. Nous ne cherchons pas dans ses pages de quoi étayer nos opinions, mais la Parole de Dieu. – {Éd 215.1}

Une véritable connaissance de la Bible ne peut être acquise qu’avec l’aide de l’Esprit qui l’a donnée. Pour atteindre cette connaissance nous devons en vivre. Ce que Dieu nous commande, nous devons l’accomplir. Ce qu’il nous promet, nous pouvons le demander. Notre vie doit être celle que la Parole nous enjoint de vivre, par sa puissance. C’est ainsi seulement que nous pourrons étudier la Bible utilement. – {Éd 215.2}

Cette étude nous demande des efforts assidus et persévérants. Comme le mineur creuse la terre pour trouver de l’or, avec ardeur et obstination, nous devons chercher le trésor de la Parole de Dieu. – {Éd 215.3}

Dans l’étude quotidienne, la méthode qui consiste à examiner le texte verset par verset est souvent très utile. Que l’étudiant choisisse un verset et concentre son esprit pour bien comprendre la pensée que Dieu y a placée pour lui; ensuite qu’il approfondisse cette pensée jusqu’à ce qu’elle soit bien sienne. Etudier un court passage jusqu’à ce qu’il soit clairement saisi est plus précieux que lire plusieurs chapitres sans but défini, sans recherche effective. – {Éd 215.4}

Une des principales causes de la faiblesse intellectuelle et morale est l’incapacité à se concentrer sur des sujets dignes d’intérêt. Nous nous enorgueillissons de l’abondance de la littérature, mais la multiplication des livres, même de ceux qui ne sont pas mauvais, peut être un véritable fléau. Sous le flot des textes imprimés, jeunes et vieux prennent l’habitude de lire rapidement et superficiellement, et leur esprit perd la faculté d’élaborer une réflexion suivie et vigoureuse. En outre, une bonne partie de ces revues et de ces livres qui, comme les grenouilles en Egypte, envahissent la terre, n’est pas seulement pleine d’idées banales, futiles, débilitantes, mais aussi d’idées impures et dégradantes. Tout cela n’a pas pour seul effet d’intoxiquer et de miner l’intelligence, mais aussi de corrompre et de détruire l’âme. L’esprit, le cœur indolent, désœuvré est une proie facile pour le mal. C’est dans les organismes malades, sans vigueur, que se forment les tumeurs. L’esprit oisif est l’atelier de Satan. Il faut que les facultés se tendent vers des idéaux élevés et saints, que la vie ait un noble but, un projet qui l’occupe tout entière, et le mal ne trouvera guère de prise. – {Éd 215.5}

Que les jeunes apprennent à étudier de près la Parole de Dieu. Dans leur cœur, elle élèvera un puissant rempart contre la tentation: “Je serre ta promesse dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre toi.” Psaumes 119:11. “Par la parole de tes lèvres, je me garde des sentiers des violents.” Psaumes 17:4. – {Éd 216.1}

La Bible est son propre interprète. Ce n’est qu’à l’Ecriture que l’on peut comparer l’Ecriture. Celui qui l’étudie doit apprendre à considérer la Parole de Dieu comme un tout, et à voir les relations qui existent entre ses différentes parties. Il doit apprendre à connaître le thème central du saint Livre: le plan originel de Dieu pour le monde, la montée du grand conflit, l’œuvre de la rédemption. Il doit comprendre la nature des deux forces qui se combattent, apprendre à en relever l’empreinte dans les récits de l’histoire et de la prophétie, jusqu’à l’accomplissement de toutes choses. Il doit voir que cette lutte se poursuit à tous les instants de l’expérience humaine, que dans chacun de ses actes il agit lui-même selon l’une ou l’autre de ces forces antagonistes et qu’à chaque instant il choisit son camp, qu’il le veuille ou non. – {Éd 216.2}

Chaque partie de la Bible est inspirée et utile. L’Ancien Testament doit retenir notre attention aussi bien que le Nouveau. Nous trouverons, en l’étudiant, des sources d’eau vive là ou le lecteur négligent ne voit qu’aridité. – {Éd 217.1}

L’Apocalypse demande tout particulièrement d’être étudiée en rapport avec le livre de Daniel. Que chaque maître respectueux de Dieu décide de la façon la plus simple de saisir et de présenter l’Evangile que notre Sauveur vint lui-même révéler à son serviteur Jean: “Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs ce qui doit arriver bientôt.” Apocalypse 1:1. Personne ne devrait se laisser décourager par les symboles apparemment obscurs de l’Apocalypse. “Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui donne à tous libéralement et sans faire de reproche.” Jacques 1:5. – {Éd 217.2}

“Heureux celui qui lit et ceux qui écoutent les paroles de la prophétie et gardent ce qui s’y trouve écrit! Car le temps est proche!” Apocalypse 1:3. – {Éd 217.3}

Lorsque s’est éveillé un amour authentique pour la Bible, et que celui qui l’étudie comprend l’immensité du champ qui s’offre à lui et la valeur du trésor qu’il possède, il désirera saisir toutes les occasions de s’approcher de la Parole de Dieu. Son étude ne se limitera pas à un lieu, à un moment particuliers. Incessante, elle sera un des meilleurs moyens d’entretenir cet amour pour les Ecritures. Vous qui voulez la sonder, ayez toujours votre Bible avec vous. Lorsque vous en avez l’occasion, lisez un texte et méditez-le. Quand vous marchez dans la rue, quand vous attendez un train ou l’heure d’un rendez-vous, profitez-en pour glaner dans le trésor de vérité quelque précieuse pensée. – {Éd 217.4}

Les grandes forces motrices de l’être sont la foi, l’espérance et la charité, et c’est vers elles que mène une étude approfondie de la Bible. La beauté extérieure de la Bible, ses images, son style, n’est que l’écrin de sa véritable richesse — sa sainteté. Dans les récits retraçant la vie des hommes qui marchèrent avec Dieu nous pouvons entrevoir la gloire divine. A travers celui dont toute la personne est désirable (Cantique des cantiques 5:16), nous voyons celui dont la terre et les cieux ne sont qu’un faible reflet. “Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous (les hommes) à moi.” Jean 12:32. L’être qui contemple le Rédempteur sent s’élever en lui une force mystérieuse de foi, d’adoration, d’amour. Le regard fixé sur le Christ, il se transforme à la ressemblance de celui qu’il adore. Les mots de l’apôtre Paul deviennent ceux de son âme: “Je considère tout comme une perte à cause de l’excellence de la connaissance du Christ-Jésus […]. Mon but est de le connaître, lui, ainsi que la puissance de sa résurrection et la communion de ses souffrances.” Philippiens 3:8, 10. – {Éd 217.5}

Les sources de la paix et de la joie célestes libérées dans une âme par la parole du Saint-Esprit ruisselleront de bénédictions pour tous ceux qui en approcheront. Que les jeunes d’aujourd’hui, les jeunes qui grandissent, Bible en main, deviennent les vases et les canaux où coulera l’eau de la vie; quels flots de bénédictions se répandront alors à travers le monde — des influences dont nous ne concevons pas la puissance de guérison, de réconfort — , des fleuves d’eau vive, des sources jaillissant “jusque dans la vie éternelle”! (Voir Jean 4:14.) – {Éd 218.1}

Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et que tu sois en bonne santé, comme prospère ton âme. 3 Jean 1:2.

–De Ellen G. White

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *